Outils pour utilisateurs

Outils du site


emulation:atomiswave

L'Atomiswave de Sammy


Histoire et Description


Le système Atomiswave fut présenté en grande pompe par Sammy en 2002 lors du 41eme salon d’arcade AOU Show et commercialisé au début de l'année 2003.
Compacte, très facile à utiliser et modulable, l’Atomiswave se voulait-être le nouveau système à succès de l’arcade, le successeur spirituel du Neo-Geo MVS.

Pourquoi avoir sortit un système d’arcade techniquement obsolète à base de console sur le déclin des sa sortie en 2002 ? Avec ce système d’arcade, Sammy voulait sortir des jeux bons marchés et le plus rentable possible pour les exploitants. En plus des salles d’arcade japonaises, Sammy visait le marché international de l’arcade.

L'Atomiswave se veut être un système de jeu à bas coût, très facile d'utilisation et aisément modulable, avec la possibilité de brancher facilement des pistolets, des doubles joysticks, un volant ou un trackball. Les jeux se présentent sous forme de cartouches petites, très légères, solides et très facilement interchangeables.

Dès son lancement, l'Atomiswave bénéficie du soutien de la société SNK Playmore qui décide d'abandonner le développement en arcade sur Neo-Geo MVS au profit de ce système pour ses futurs jeux (avant de repartir sur le Taito Type X²). Les autres développeurs supportant le système sont Dimps, IGS et Arc System Works, mais la majorité des titres Atomiswave sont développés par Sammy.

Rappelons également que Sammy et Sega, possédant déjà tous-deux un passé dans les jeux vidéo et l'arcade, ont fusionné en 2004, durant l'exploitation de ce système. Les deux entreprises font partie du même groupe, dirigé maintenant par l'entreprise mère Sega Sammy Holdings.

L'Atomiswave fut un semi-echec pour Sammy. Ne sortit au final qu'une trentaine de jeux sur le système avant qu'il soit abandonné fin 2009.


Voila à quoi ressemble la carte mère Atomiswave sur lequel on plug les jeux, vu de tous les cotés.


Spécifications Techniques


Les dimensions de l'Atomiswave sont de 27 cm par 21 cm pour un poids d'environ 3,5 kg. Par contre les cartouches sont toutes petites et très légères (à peine 100g).
La connectique est très simple: un connecteur JAMMA, un connecteur cartouche, un potentiomètre pour le son, un port série pour le modem, une sortie stéréo (connecteur 10pins JST) et une sortie VGA.

Le système dispose de deux petits interrupteurs (dip switch): le premier pour mettre l’Atomsiwave soit en affichage 15khz (320*240) par le JAMMA, soit en affichage 31khz (640*480) par la sortie VGA.

Au niveau des contrôle, le système utilise 5 boutons câblés sur le JAMMA (norme JAMMA+).

Techniquement, l'Atomiswave est un hardware Dreamcast avec plus de mémoire vive et de mémoire vidéo, tout comme le système Naomi de Sega. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir le logo de Sega lors des séquences de boot de l'Atomiswave. Bien que très proche, ces 2 systèmes ne sont pas inter-compatibles.
Mais grâce à cette proximité, en 2013, Darksoft, un moddeur de génie (Le Forum de Darksoft) réussi le tour de force de modifier les dumps des jeux Atomiswave pour les faire tourner sur le NetBoot du système Naomi. C'est donc via ces 2 biais que nous autres pouvons aujourd'hui profiter de ce système.

Microprocesseur : Hitachi SH-4 32-bit RISC à 200 MHz (360 MIPS / 1,4 GFLOPS)
Moteur graphique : PowerVR 2 (PVR2DC)
Moteur sonore : Yamaha ARM7 AICA à 45 MHz (CPU interne 32-bit RISC, 64 canaux ADPCM)
Mémoire RAM principale : 32 Mo
Mémoire vidéo : 16 Mo
Mémoire sonore : 8 Mo
Fréquence de balayage : 15Khz ou 31Khz (au choix via dip-switch en façade de la carte).
Palette graphique : environ 16 770 000 couleurs (24 bits)
Polygones : 2,5 millions de polygones par seconde
Vitesse de rendu : 500 millions pixels par seconde
Effets gérés : Bump Mapping, Fog, Alpha-Bending (transparence), Mip Mapping (polygon-texture auto switch), Tri-Linear Filtering, Anti-Aliasing, Environment Mapping, Specular Effect.

Les jeux et la cartes mère sont Region Free, il suffit d’aller dans le test menu de la carte mère pour ajuster la région et donc la langue. Une pile lithium CR2032 permet la sauvegarde des paramètres du BIOS comme le free play ou la région donc il faut la vérifier périodiquement afin d’éviter d’éventuels dégâts.


Ici le flyer publicitaire du système et une photo d'une Atomiswave avec 3 jeux :


Le réseau AW-Net


Au Japon uniquement, il était possible de connecter le système au réseau AW-Net mis en place par Sammy, en utilisant un modem spécial à brancher sur l'Atomiswave. Le réseau AW-Net servait principalement à jouer en ligne avec d'autres joueurs et à établir des listes des meilleurs scores au niveau national.

La mise en place du système AW-Net sur le jeu NeoGeo Battle Coliseum ayant rencontré de nombreux problèmes, SNK décide d'abandonner l'utilisation de ce réseau pour ses jeux suivants (King of Fighters XI et Metal Slug 6). Le 30 novembre 2006, l'AW-Net est définitivement stoppé. À la suite de la fusion de Sammy et Sega, le réseau est renommé ALL.Net.

Tutoriaux et Données


Voila le manuel de l'Atomiswave : Manuel Atomiswave


Liste des Jeux


Titre Année Developpeur Bootleg Serial
Demolish Fist 2003 Sammy / Dimps 0601236
Dirty Pigskin Football 2004 Sammy
Dolphin Blue 2003 Sammy 0701200
Extreme Hunting 2005 Sammy
Extreme Hunting 2 Tournament Edition 2006 Sega
Faster Than Speed 2004 Sammy
Fist of the North Star (Hokuto No Ken) 2005 Sega / ARC System Works 3400167
Guilty Gear Isuka 2004 Sammy / ARC System Works 1100342
Guilty Gear X Version 1.5 2003 Sammy / ARC System Works
Knights of Valour: The Seven Spirits 2004 Sammy / IGS 0901669
Maximum Speed 2003 Sammy
Metal Slug 6 2006 Sega / SNK Playmore 3500510
Neo Geo Battle Coliseum 2005 Sega / SNK Playmore 1702636
Ranger Mission 2004 Sammy
Salaried Worker Golden Taro 2004 Sammy
Samurai Shodown VI 2005 Sega / SNK Playmore 3000886
Sega Clay Challenge 2009 Sega Amusement USA
Sega Bass Fishing Challenge 2009 Sega Amusement USA
Sports Shooting USA 2003 Sammy
The King of Fighters Neowave 2004 Sammy / SNK Playmore 1702036
The King of Fighters XI 2005 Sega / SNK Playmore 3200964
The Rumble Fish 2004 Sammy / Dimps 1401163
The Rumble Fish 2 2005 Sega / Dimps
Victory Furlong - Horse Racing 2005 Sammy

Guilty Gear Isuka est le seul jeu connu à supporter la fonction link.


Reconnaître les Bootlegs


Merci à la communauté Arcade Otaku pour ces tips afin de différencier une cartouche originale d'un Bootleg

  • Verifier le serial par rapport aux valeurs du tableau ci-dessus. Tous les bootlegs ont le même label et le même numéro de série.
  • Le texte “Made In Japan” n'apparaît pas sur le sticker Label d'un boot.
  • Les stickers Label des cartouches originales ont des coins arrondies, ceux des bootlegs sont carrés.
  • Quand on insert un bootleg dans la carte mère, elle semble ne pas s'enfoncer totalement.
  • Si vous démontez une cartouche originale, vous verrez que le petit guide plastique servant au remontage ne peut pas être remonté correctement, au contraire d'un bootleg (oui, les bootlegs sont mieux fabriqués que les originaux !)
  • Une fois demonté, vous pouvez aussi voir que la pcb d'un bootleg diffère de l'original. De l'expérience de l'auteur de ces tips, les bootlegs Hokuto No Ken et Samurai Shodown ont été fabriqués fin 2009 et le logo Sega est manquant. A noter aussi que les puces d'un bootleg sont toutes soudées d'un seul côté de la PCB alors qu'elles le sont sur les 2 faces sur une PCB originale.

Source : Neo Arcadia et Arcade Otaku, Mise en page : Heavyarms


emulation/atomiswave.txt · Dernière modification: 2016/08/28 20:24 par porko